2017
Énergies renouvelables

Quel défi a été la source d’inspiration de votre projet ?

C’est le manque de financements pour les projets des communautés locales qui est à l’origine du parc éolien Awel Co-op. Nous avions remarqué que beaucoup de mécanismes locaux de revitalisation économique devaient continuellement solliciter des subventions, ce qui rendait leur situation financière instable. Nous avons donc voulu créer un projet générateur de revenus à travers un parc éolien qui fournit un flux de revenus durable pour ces projets communautaires.

Nous avons opté pour un projet éolien car nous voulions également répondre aux défis du changement climatique et de la transition vers une économie bas carbone. La zone qui entoure le parc éolien a été historiquement une communauté de mineurs et le déclin de cette activité charbonnière a durement touché la région. Par conséquent, les gens ont adhéré à l’idée du parc éolien en tant que patrimoine détenu par la communauté au profit de tous, mais aussi comme le symbole d’une économie locale qui abandonne les énergies fossiles pour une énergie durable.

De quelle manière innovante vous êtes-vous attaqué à ce problème ?

Comme la communauté locale se caractérise par de faibles niveaux de revenus, il n’a pas été facile de rassembler l’argent nécessaire pour l’étude de faisabilité, la planification et la construction — autant d’étapes indispensables avant que les éoliennes ne génèrent la moindre électricité. Notre solution a été de structurer le projet en coopérative afin que tout le monde puisse se sentir propriétaire. La construction de quelques éoliennes représente beaucoup de travail acharné, mais ce n’est pas vraiment innovant. Notre innovation a consisté à utiliser l’effervescence née durant la période de construction du parc éolien ainsi que le modèle de copropriété du projet pour faire de la publicité et gagner l’intérêt de la population locale.

Quel impact la Banque Triodos a-t-elle eu sur votre entreprise ?

En réalité, le parc éolien n’aurait jamais vu le jour sans la Banque Triodos. C’est un projet qui se chiffre à 8,25 millions de livres sterling, et le prêt de Triodos s’élève à 5,25 millions de livres sterling. Il s’agit donc d’une part essentielle du financement. De surcroît, le fait d’être financé par la Banque Triodos a suscité la confiance des gens dans le projet. Parce que le projet a été analysé en profondeur par un regard indépendant, davantage de personnes ont voulu acheter nos actions, dont la valeur totale est actuellement de 2,5 millions de livres sterling.

En plus du soutien financier, nous avons bénéficié d’un nombre incroyable de conseils durant les années de développement du projet. La Banque Triodos a formulé des suggestions en matière de planification et d’exécution du plan pour atteindre les meilleurs résultats. Elle nous a également éclairés sur les différents éléments que nous devions mettre en place pour sécuriser les financements. Plus récemment, Triodos nous a aidés sur le plan des relations publiques et de la publicité au niveau local, et j’ai eu énormément de commentaires positifs de la part de gens qui ont vu le film Changemakers, produit par Triodos et dans lequel apparaît Awel Co-op.

Quel impact votre entreprise a-t-elle eu sur votre secteur d’activité ?

Il s’agit d’un projet relativement petit si l’on regarde l’ensemble du secteur des énergies renouvelables, mais nous avons eu un impact significatif à l’échelle des projets communautaires au Pays de Galles. C’est, de loin, le plus grand programme communautaire de la nation. L’ampleur de notre offre d’actions et le montant du financement octroyé par la Banque Triodos ont généré beaucoup d’intérêt. Je pense que cela a ouvert les yeux de la population sur le potentiel des énergies renouvelables dans les communautés locales. Nous sommes même en discussion avec de nombreux membres du gouvernement gallois, qui scrutent ce que nous avons fait et souhaitent voir notre initiative répliquée. Au début de cette année, j’ai reçu le titre honorifique de Membre de l’Ordre de l’Empire britannique en raison de l’impact du projet sur le paysage énergétique de l’ensemble des communautés locales au Pays de Galles. Tout ceci mène indirectement à des changements de politique pour soutenir une telle démarche énergétique et encourager une copropriété entre des communautés locales et des développeurs commerciaux.

Quel a été l’impact de votre entreprise sur la collectivité ?

L’un de nos objectifs est d’impliquer davantage la communauté locale et de lui donner une part active dans le projet. Pour ce faire, nous offrons un volume d’actions d’une valeur de 100.000 de livres sterling à des écoles et associations locales, ce qui leur assurera des revenus durables. Nous avions déjà donné des actions à certaines écoles et nous les avons invitées à visiter le parc éolien. Cela a été une façon extraordinaire de susciter l’adhésion de la communauté. Dès que les enfants réalisent qu’ils sont les propriétaires des éoliennes, ils se sentent plus inspirés.