Projets sociaux – Images d'en-tête (photo)

Projets communautaires et logements sociaux

Mesure de l’impact

En 2016, la Banque Triodos et Triodos Investment Management ont financé 437 projets communautaires (316 en 2015) et 183 projets de logements sociaux, ce qui représente directement et indirectement des logements pour environ 67.000 personnes (12.400 en 2015).

Projets sociaux – Mesures de l’impact (graphice)

Notre vision et nos activités

Pourcentage de nos crédits et investisssements alloués à des projets communautaires et de logement social

Projets sociaux – 7,7% de nos crédits alloués à des projets sociaux (graphique circulaire)

Crédits alloués, ventilés par sous-secteur

Projets sociaux – Crédits alloués, ventilés par sous-secteur (graphique circulaire)

Pourcentages calculés sur la base des données disponibles au moment de la publication du présent rapport.

Notre vision des projets communautaires et du logement social

On dénombre une multitude d’organisations sociales et d’œuvres philanthropiques qui mettent sur pied des approches commercialement viables pour s’attaquer aux problèmes sociaux. Dans le même temps, on assiste à une augmentation du nombre d’entrepreneurs sociaux, c’est-à-dire de personnes qui créent de nouveaux modèles d’entreprise reposant sur une motivation sociale afin de servir un groupe spécifique de leur communauté ou de la société, tout en étant soutenus par une gestion commerciale rigoureuse.

Financement de l’économie sociale

Nous estimons que vu son potentiel, le secteur émergent de l’économie sociale doit jouer un rôle positif significatif aux côtés du secteur public et des entreprises traditionnelles dans le modelage de nos économies futures.

Nos priorités

Dans ce secteur, nous nous concentrons sur les relations avec les entrepreneurs sociaux de premier plan, qui peuvent démontrer que leur approche a clairement un impact social positif pour les communautés desservies.

Dans une majorité de cas, les entreprises sociales s’adaptent aux mutations qui affectent le financement étatique et public. Elles doivent alors faire preuve d’innovation dans leur manière d’organiser leurs activités, et ce, afin de générer un bénéfice social maximum tout en étant économiquement durables.

Nous sommes particulièrement enclins à soutenir des modèles d’entreprise qui ont un potentiel d’évolution et peuvent accroître leur impact en développant leur activité et en incitant d’autres acteurs à faire de même.

Nos activités

Nos activités au sein du secteur social comprennent des crédits à des organisations qui induisent un avantage social positif, qu’il s’agisse d’entreprises communautaires, d’entreprises de commerce équitable, d’entreprises sociales qui offrent des emplois à des groupes vulnérables ou défavorisés, ou encore d’entreprises à finalité sociale non lucratives et de fournisseurs de logements sociaux.

Exemples concrets

2016

Goodbrandz
 

Quel défi ce projet devait-il relever ?

En bref, la mission de l’entrepreneur Cécile Scheele, initiatrice du projet Goodbrandz, consiste à améliorer la visibilité et la disponibilité de la mode durable pour un large public. Goodbrandz a été fondé en 2011 pour acheter et distribuer des articles de mode produits dans le respect de l’environnement et dans de bonnes conditions de travail.

L’entreprise a délibérément choisi de ne pas vendre des produits dans ses propres magasins. Les pantalons, vestes, blouses et sacs durables sont au contraire disponibles dans quelque 400 magasins de mode existants sur l’ensemble du territoire des Pays-Bas, ce qui permet à Goodbrandz de toucher un large public.

En quoi l’approche du projet est-elle innovante ?

Goodbrandz démontre que la mode durable est une alternative acceptable et accessible aux vêtements « habituels ». Les prix des marques associées sont comparables à ceux d’autres marques de mode. Si vous achetez une paire de jeans normale, vous payez non seulement pour les coûts de production, mais également pour la marque. Ce dernier coût est nettement inférieur avec les marques Goodbrandz. Les vêtements sont donc vendus à des prix concurrentiels tout en étant produits suivant des méthodes durables.

Quel a été l’impact de la Banque Triodos sur ce projet ?

Vous devez investir pour générer de l’argent : le monde de la mode n’échappe pas à cette règle. En sa qualité d’acheteur et de distributeur de vêtements, Goodbrandz achète des articles de mode à des producteurs soucieux de l’environnement. La collection doit ensuite être constituée. Et des stocks doivent être temporairement constitués afin de garantir un approvisionnement continu de vêtements aux magasins. Tout cela coûte de l’argent. Goodbrandz est uniquement rétribuée quand le commerçant paie les marchandises. La Banque Triodos fournit le capital nécessaire à l’entreprise afin de pouvoir couvrir la période entre l’achat aux usines et la vente aux magasins.

Quel est l’impact du projet sur le secteur ?

Goodbrandz organise annuellement la Semaine néerlandaise de la mode durable. En 2017, elle se tiendra du 6 au 15 décembre. Les créateurs de mode durable ont alors l’occasion de présenter leurs dernières créations. Les diverses activités et divers défilés de mode organisés au cours de cette semaine encouragent le secteur de la mode à adhérer à ce changement positif.

L’entreprise souhaite convaincre le public qu’il existe une véritable alternative à la mode coutumière. Là est la clé. Les recherches menées par Goodbrandz démontrent que 68% des Néerlandaises souhaiteraient opter pour une mode durable, mais que seules 11% savent où se procurer ces articles.

Quel est l’impact du projet sur la société ?

L’industrie de la mode est polluante ; par exemple, le secteur utilise de nombreux produits chimiques. De plus, la production d’un matériau brut vital, tel que le coton, nécessite de grandes quantités d’eau. Les conditions de travail dans les ateliers et les usines de confection dans des pays tels que l’Inde et le Bangladesh sont souvent très précaires. Des cas d’exploitation, de travail des enfants et de temps de travail quotidien de 16 heures sont souvent rapportés. Le salaire est souvent bas et aucune sécurité de l’emploi n’est garantie.

L’impact négatif sur l’environnement et la population met en exergue l’importance d’une mode durable produite dans des conditions honnêtes et équitables.

Comment la Banque Triodos partage-t-elle votre vision dans le cadre de ce projet ?

En termes de durabilité, le secteur de la mode est loin derrière ceux de l’agriculture et de l’alimentation, par exemple. L’offre de produits alimentaires biologiques et équitables a augmenté de façon exponentielle au cours des dernières années. On ne peut tenir le même discours pour les vêtements durables.

La Banque Triodos estime qu’il est essentiel de collaborer avec une entreprise innovante telle que Goodbrandz, qui a pour objectif d’améliorer la visibilité des vêtements durables. Goodbrandz est un précurseur dans le secteur de la mode et une inspiration pour un changement positif.

Fundació Deixalles
 

Quel défi a été la source d’inspiration de ce projet ?

La Fundació Deixalles s’est inspirée de son souhait de contribuer à une société plus équitable, plus durable, en aidant les populations en situation d’exclusion sociale, ou risquant de l’être, à entrer sur le marché du travail dans les îles Baléares. Les innovateurs à l’origine de la fondation ont estimé qu’ils pouvaient atteindre leur objectif tout en améliorant le traitement et la gestion des déchets dans les îles.

L’histoire de la fondation remonte à 1986 dans un ancien entrepôt laitier situé en périphérie de Palma de Majorque. Elle a été constituée à l’initiative de la délégation Action sociale du Diocèse de Majorque et de la fédération des petites et moyennes entreprises de Majorque (PIMEM). Elle a commencé ses activités en 1990 dans un entrepôt totalement réaménagé. Les premiers résultats positifs de la collecte et du traitement des déchets et, surtout, de l’inclusion sociale et de l’intégration des personnes en difficultés sur le marché du travail ont été immédiatement constatés. Depuis, des filières professionnelles plus spécifiques ont été définies. Elles se focalisent sur la formation en charpenterie et en électricité afin qu’un plus grand volume de déchets puisse être recyclé. Des activités éducatives sur des aspects environnementaux et sociaux ont également été développées dans les écoles, pour les enseignants, dans des groupes d’action sociale et pour les autorités.

L’entreprise a grandi peu à peu. Aujourd’hui, elle propose de nouvelles activités telles que la collaboration sur des projets européens, des sociétés d’insertion, l’économie solidaire, des instruments financiers alternatifs et des services bancaires éthiques. À ce jour, la Fundació Deixalles est l’organisme leader dans le secteur de l’aide apportée aux groupes défavorisés dans les Baléares, via l’inclusion sur le marché du travail, la coopération, le recyclage, la consommation responsable et la formation.

Quelle innovation vous a permis de résoudre ce problème ?

La principale innovation de la Fundació Deixalles réside dans la formation et les programmes d’insertion sociale et au travail qu’elle a développés et qui permettent de traiter plus de 2.000 tonnes de déchets sur une base annuelle. Ces programmes permettent d’éviter l’émission de plus de 5.200 tonnes de dioxyde de carbone tout en générant des emplois et des perspectives d’avenir pour des centaines de personnes.

L’innovation prend plusieurs formes allant des ateliers de personnalisation de vêtements à la restauration de meubles et à la réparation d’appareils électriques. Elle inclut même la méthodologie suivie dans ces processus. Francesca Martí, directrice de la Fundació Deixalles, déclare : « L’objectif poursuivi par la collecte de déchets et le processus de traitement est d’améliorer, de récupérer et de renforcer les compétences sociales nécessaires à chaque utilisateur afin d’être intégré dans une société plus large. » Elle poursuit : « Nous privilégions une méthodologie active et participative favorisant l’implication quotidienne de toutes les personnes et organisations avec lesquelles nous collaborons dans le cadre d’un réseau : les centres de services sociaux, les relations avec d’autres institutions (tels que les centres de désintoxication), le département social de la Fundació Deixalles via son équipe technique, et l’utilisateur – la personne qui est, in fine, responsable de son propre processus d’inclusion sur le marché du travail. »

Quel a été l’impact de la Banque Triodos sur votre entreprise ?

En raison de sa grande dépendance aux autorités publiques, à l’instar de la grande majorité des organismes engagés dans les problèmes sociaux, et du délai de perception des aides qu’elles accordent, la Fundació Deixalles avait un besoin urgent de liquidités afin de couvrir ses besoins quotidiens. Aujourd’hui, 19% des revenus de la fondation proviennent de subventions.

Dès lors, la fondation s’est adressée à la Banque Triodos peu de temps après l’inauguration de sa succursale à Palma de Majorque et a demandé une avance sur les subventions et engagements qui lui étaient dus. Depuis lors, la relation entre la Fundació Deixalles et la Banque Triodos n’a cessé de se renforcer grâce aux valeurs qu’elles partagent et à une compréhension mutuelle.

La Banque Triodos fournit des services et produits bancaires, mais reconnaît également la nature innovante de cette initiative et la valeur de son impact social et environnemental. Dès lors, la Fundació Deixalles a été retenue parmi les six finalistes du 3e Triodos Business Award organisé par la succursale espagnole de la Banque Triodos en 2016. Cette récompense prisée remise à une entreprise, client ou non de la Banque, s’accompagne d’un prix de 10.000 euros. Elle met en exergue la contribution des entreprises et des projets que la banque finance avec les montants que les épargnants lui confient. Au mois de janvier 2015, la banque a organisé une visite de la Fundació Deixalles pour les clients de l’île de Majorque. Ils ont donc pu constater de leurs propres yeux l’impact positif de leur épargne.

Quel impact votre entreprise a-t-elle eu sur votre secteur d’activité ?

Trente années d’expérience et des résultats positifs démontrent que la Fundació Deixalles est le leader dans le secteur social et environnemental dans les îles Baléares.

Aujourd’hui, la fondation gère toute la collecte de déchets triés aux fins du recyclage sur l’île de Majorque et dans certaines régions d’Ibiza. Ses travaux ont été récompensés par de nombreux prix, tels que le Prix de la Solidarité ONCE Illes Balears 2015, le Prix de la solidarité du Consell de Mallorca, le Prix Ramon Llull pour l’initiative commerciale, décerné par le Gouvernement des îles Baléares, et le Prix National des Amis de la Terre pour ses activités environnementales.

Quel a été l’impact local de votre entreprise sur la collectivité ?

Aujourd’hui, plus de 220 personnes – dont près de la moitié proviennent de groupes en situation d’exclusion sociale, ou risquant de l’être – travaillent au service de la Fundació Deixalles. Près de 300 personnes participent à des programmes de formation et d’inclusion ; plus de 1.000 personnes sont passées par son bureau d’orientation professionnelle ; plus de 5.100 écoliers ont directement pris part à ses activités et plus de 42.000 y ont participé indirectement. La fondation peut compter sur quelque 30 bénévoles et 140 personnes exécutant des travaux bénéficiant à la communauté.

En termes d’impact environnemental au cours de l’année écoulée, la Fundació Deixalles a géré 784 tonnes de vêtements usagés, plus de 900 tonnes de meubles et de déchets volumineux, 24 tonnes de papier, 10 tonnes de verre, 900 tonnes d’emballages et plus de 600 kg d’huile usagée. Selon la directrice de la Fundació Deixalles : « Nous collectons plus ou moins 2.000 tonnes de déchets, dont 80% peuvent être recyclés. » « Nous collectons tout ce dont les personnes se débarrassent : vêtements, livres, mobilier et appareils électriques, toujours en conservant à l’esprit qu’ils peuvent être recyclés ». Tout cela a permis d’éviter l’émission de 5.000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère. La fondation dispose de 215 bulles à vêtements et a ouvert cinq magasins proposant des articles recyclés et Fairtrade à ses clients.

Le projet a progressivement été étendu à d’autres domaines, tels que la promotion de produits de nettoyage Fairtrade ou respectueux de l’environnement, ainsi qu’à l’éducation environnementale susmentionnée.

Comment la Banque Triodos partage-t-elle votre vision ?

La Banque Triodos œuvre en faveur de l’intégration dans la société et sur le marché du travail des populations exposées à un risque d’exclusion : les immigrés, les chômeurs de longue durée, les mères célibataires, les jeunes défavorisés, les drogués, les victimes de violences sexuelles, les minorités ethniques et les anciens condamnés, entre autres.

En ce qui concerne la préservation des richesses naturelles, la Banque Triodos estime qu’il est essentiel de comprendre que la préservation de la planète relève d’une responsabilité partagée. Ensemble, nous pouvons tous contribuer à la gestion durable des ressources. Cela englobe le traitement des déchets, la promotion des réparations, la réutilisation et le recyclage de tous les objets et matériaux pouvant avoir une seconde vie.

La Fundació Deixalles a réussi à combiner des considérations sociales et environnementales. Elle peut offrir un avenir meilleur aux personnes en difficultés et, simultanément, minimiser l’impact des déchets sur l’environnement.

2015

Thera Trust
 

Projets sociaux – Exemple concret (photo)

Simon Conway, Company Secretary de Thera Trust.

Quel défi a été la source d’inspiration de votre projet ?

Thera aide les adultes qui ont des difficultés d’apprentissage. Il devient de plus en plus difficile de trouver un logement adapté convenant aux personnes qui en ont besoin. Or, ce type de logement est essentiel pour permettre aux personnes que nous soutenons de mener une vie épanouissante et indépendante dans leur communauté locale. Alors que Thera recevait toujours plus de demandes d’aide, nous étions souvent incapables d’apporter un soutien à ces personnes tant qu’elles n’avaient pas trouvé un endroit approprié pour vivre. Cela nous a incités à rechercher des financements pour acheter et adapter des biens immobiliers – « une maison ordinaire dans une rue ordinaire » – pour des gens qui, autrement, n’auraient aucun endroit approprié pour vivre.

Avec quelle innovation vous êtes-vous attaqué à ce problème ?

Forward Housing SW, l’organisme de bienfaisance qui fait partie de Thera et loue des logements, dispose d’une équipe spécialisée qui travaille avec des particuliers, leurs familles et les personnes qui s’occupent d’eux, ainsi qu’avec des cercles de soutien plus larges, afin d’identifier les logements appropriés et les adapter en fonction des besoins spécifiques d’une personne. Le logement est ensuite loué à une association de logements pour permettre à la personne de disposer d’un bail garanti et de bénéficier de la sécurité d’un logement approprié, ainsi que du soutien quotidien très qualitatif offert par l’une des sociétés d’aide et de soins de Thera.

Quel a été l’impact de la Banque Triodos sur votre entreprise ?

La Banque Triodos a aidé Thera à lever 2 millions £ à travers un véhicule d’investissement philanthropique. En plus d’aider à fournir un logement à certaines des personnes que nous soutenons – et qui sont parmi les plus fragilisées –, la Banque Triodos a jeté des ponts entre Thera Trust et toute une série de nouveaux investisseurs, qui commencent à montrer un intérêt pour les organisations caritatives et notre façon de travailler. La Banque Triodos a également contribué à structurer nos processus de réflexion internes, en nous aidant à considérer une gamme plus large d’options financières et en ouvrant des portes à différentes voies de financement, à différents niveaux de risque et de complexité.

Quel impact votre entreprise a-t-elle eu sur votre secteur d’activité ?

Nous sommes fiers d’offrir des opportunités d’emploi à des fonctions de direction et de leadership à des personnes ayant des difficultés d’apprentissage. Nous estimons être le seul organisme important aidant des adultes avec des difficultés d’apprentissage dans le pays à avoir intégré à ses conseils d’administration des directeurs exécutifs qui ont des difficultés d’apprentissage. Actuellement, huit personnes actives dans de telles fonctions démontrent que leur handicap n’empêche pas des qualités évidentes de leadership, confortant ainsi la vision de notre organisation.

Quel a été l’impact local de votre entreprise sur la collectivité ?

Nous sommes convaincus que les personnes qui connaissent des difficultés d’apprentissage peuvent être des leaders dans la société. Nous cherchons à stimuler le leadership par l’exemple. Le fait d’avoir, au sein de l’organisation, des fonctions de direction occupées par des personnes ayant des difficultés d’apprentissage et de les impliquer de différentes manières dans la direction générale et le management de Thera en est une preuve incontestable. Nous cherchons également à aider les gens à développer leurs relations d’amitié et leurs réseaux dans leur communauté locale et à diminuer leur dépendance en les rémunérant. Parallèlement, nous aspirons à renforcer la capacité de ces mêmes communautés à accueillir des personnes qui ont des difficultés d’apprentissage, et qui étaient traditionnellement mises au ban de la société, en leur montrant qu’elles sont capables de réaliser de grandes choses si elles bénéficient d’un bon soutien. Nous encourageons, par ailleurs, une plus grande inclusion et une prise de conscience des personnes que nous soutenons.

Comment la Banque Triodos partage-t-elle votre vision ?

Il est important pour nous de travailler avec des organisations qui défendent des valeurs éthiques. Nous étions très heureux d’apprendre que la Banque Triodos ait envie de travailler avec Thera, et d’impliquer réellement les gens que nous soutenons à l’ensemble du processus de décision. Les avis et commentaires des personnes soutenues contribuent à définir notre mission et notre façon de travailler. La Banque Triodos a été très réceptive à leurs besoins et à leurs souhaits. Pour nous, c’est une chance de travailler avec une institution financière qui ne s’investit pas seulement dans la durabilité de nos projets, mais qui partage aussi notre envie de fournir le meilleur service possible afin de répondre au mieux aux besoins des personnes que nous soutenons.

Méthodologie

Nos calculs de mesure de l’impact prennent en compte les ménages ayant un lien direct avec nos activités de financement et d’investissement, ou les ménages financés indirectement par le biais de sociétés de logements. Dans ce dernier cas, nous prenons un nombre de ménages financés par la Banque Triodos compte tenu du montant de financement total de ces sociétés de logements.

Le nombre de personnes bénéficiant d'un logement repose sur une moyenne de 2,5 personnes par ménage.

À cette exception près, nous comptabilisons 100% de l’impact lorsque nous cofinançons un projet. Lorsqu’il est impossible de rapporter 100% des données requises, nous recourons à des estimations conservatrices.