Arts et culture – Images d'en-tête (photo)

Arts et culture

Mesure de l’impact

En 2016, les financements de la Banque Triodos et de Triodos Investment Management, que ce soit au travers de crédits ou d’investissements dans des institutions culturelles, ont contribué à ce que 13,7 millions de visiteurs (14,3 millions en 2015) puissent avoir accès à des événements culturels, dont des sorties au cinéma, au théâtre et dans des musées en Europe. Ceci correspond à 21 expériences culturelles par client de la Banque Triodos.

Les financements de la Banque Triodos et Triodos Investment Management ont également soutenu environ 3.100 artistes et institutions créatives du secteur culturel (3.000 en 2015), ainsi qu’un certain nombre d’organisations proposant des espaces abordables pour des activités culturelles, à l’instar d’ateliers et de cours de musique. Environ 90.000 personnes ont fréquenté ces lieux en 2016.

Arts et culture – Mesures de l’impact (graphice)

Notre vision et nos activités

Pourcentage de nos crédits et investissements alloués au secteur des arts et de la culture

Arts et culture – 5,9% de nos crédits alloués aux secteurs des arts et de la culture (graphique circulaire)

Crédits alloués, ventilés par sous-secteur

Arts et culture – Crédits alloués, ventilés par sous-secteur (graphique circulaire)

Pourcentages calculés sur la base des données disponibles au moment de la publication du présent rapport.

Notre vision des arts et de la culture

Les arts et la culture jouent un rôle important dans le développement personnel des individus et la cohésion de la société dans son ensemble. L’expression créative ouvre de nouvelles perspectives, inspire et met en relation les personnes.

Les arts en tant que catalyseur du développement personnel et collectif

Les arts et la culture devraient contribuer au développement personnel de chacun et à une société civile vivante. Ils peuvent inspirer et provoquer des changements.

Le secteur culturel est dynamique et présente de nombreuses facettes. L’entrepreneuriat culturel est en pleine expansion. De nombreuses institutions sont en tout ou en partie commerciales et ciblent un public vaste et varié. La Banque Triodos s’inscrit dans la dynamique du secteur en se focalisant sur l’entrepreneuriat et finance des entrepreneurs culturels innovants afin de contribuer à accroître son impact.

Nos priorités

La Banque Triodos fait figure de leader dans le secteur artistique et culturel en raison d’un engagement de longue date dans celui-ci. Elle développe des instruments de financement innovateurs tels que des fonds de garantie. Nous collaborons pour cela avec des gouvernements, des associations du secteur et des consultants.

Une importante communauté

Nous sommes axés sur les initiatives culturelles qui, quelle que soit leur taille, se focalisent sur plusieurs activités : pour prendre un exemple concret, une scène, un musée et un restaurant dans une seule et même entreprise.

Outre l’octroi de crédits, nous possédons un fonds, le Triodos Cultuurfonds, accessible aux clients néerlandais. Lancé en 2006, ce fonds a été un pionnier du financement des arts et de la culture aux Pays-Bas. Il a aidé le secteur à être moins tributaire des subventions, dotations et fonds de bienfaisance en encourageant l’entrepreneuriat culturel.

Dans le futur, la Banque Triodos se concentrera sur le renforcement des réseaux locaux et de l’entrepreneuriat culturel local.

Les avantages des arts pour la société

Arts et culture – Les avantages des arts pour la société (graphice)

Source : Rand Corporation

Nos activités

La « connexion » est au cœur de notre vision du secteur culturel. La Banque Triodos finance des artistes et des institutions culturelles qui jettent des ponts vers la société et se connectent avec elle.

Ces projets allient généralement une grande qualité artistique et une large accessibilité. La connexion avec la communauté est assurée de multiples manières : en touchant un vaste public et en négociant avec d’autres intervenants tels que sponsors, entreprises, institutions sociales et banques. En outre, il existe une connexion avec les artistes amateurs qui sont actifs au niveau local et contribuent à la cohésion sociale.

Pour ces raisons et afin de donner une description plus riche de l’impact concret de notre financement du secteur culturel et artistique, nous communiquons le nombre de personnes ayant assisté aux événements financés par la Banque Triodos. Notre description ne s’arrête évidemment pas là. En effet, les preuves qualitatives de notre impact, mises en lumière au travers des études de cas que nous publions ici, offrent une meilleure vision des changements induits par la Banque Triodos. Un projet artistique unique et bien pensé peut, par ailleurs, avoir un impact plus profond sur un petit groupe de personnes qu’une œuvre artistique plus superficielle et populaire ne l’aurait sur un public plus large. Nous espérons que ces différentes façons de communiquer au sujet de l’impact de nos activités en donnent une image de plus en plus riche.

Exemples concrets

2016

Centre Herman van Veen Arts
 

Quel défi ce projet devait-il relever ?

Le Centre Herman van Veen Arts à Soest, Pays-Bas, est implanté sur un ancien lotissement. Ce centre d’arts et de culture a été créé en 2012 à l’initiative d’un artiste et acteur néerlandais, Herman van Veen, et son guitariste de toujours, Edith Leerkens.

La culture et la nature se rencontrent et s’associent dans ce projet. Par exemple, le manoir classé contient des peintures de Herman van Veen, accueille des activités de plein air pour enfants et adultes dans un parc libre d’accès et une ancienne grange abrite un petit théâtre. La salle contient 80 places et offre une plate-forme à de jeunes artistes qui souhaitent associer les performances théâtrales, musicales et de danse.

En quoi l’approche du projet est-elle innovante ?

Aucun billet n’est proposé à la vente pour les représentations au Centre d’arts ; du moins, pas en prévente. Toute personne souhaitant assister à une représentation peut simplement se présenter. C’est ainsi que la population fait connaissance du domaine et découvre les autres activités proposées, telles que les représentations.

Ce concept innovant transforme le Centre d’arts en une expérience personnelle. Il ne se focalise pas sur le « consommateur théâtral » anonyme qui achète des billets en ligne, mais sur les personnes qui sont ouvertes aux surprises et aux rencontres. Les personnes qui souhaitent soutenir le Centre d’arts peuvent devenir « amis » et être informées plus longtemps.

Quel a été l’impact de la Banque Triodos sur ce projet ?

La relation entre la Banque Triodos et le Centre d’arts date de plusieurs années déjà. Dès le début de l’exploitation du Centre, la Banque a mené des discussions sur le financement et l’exploitation du domaine. Et, en 2016, la Banque a octroyé un crédit hypothécaire permettant d’acquérir l’ancien manoir qui est un monument national.

Dans ce cadre, la Banque Triodos et le Triodos Cultural Fund – qui ont chacun assumé la moitié du financement – ont uni leurs forces avec le Fonds national néerlandais de restauration (Nationaal Restauratiefonds). Le Fonds est en charge du financement de la restauration de l’immeuble, qui abrite des représentations, des bureaux et des espaces de travail. Au terme de la restauration en 2017, il accueillera également des réceptions, des dîners et des réunions professionnelles.

Quel est l’impact du projet sur le secteur ?

Le Centre d’arts offre une occasion aux jeunes artistes talentueux et contribue dès lors au développement du secteur culturel. Il se concentre spécifiquement sur des artistes qui associent différents genres et correspondant à la polyvalence de Herman van Veen même.

Le Centre apporte également la preuve de la valeur ajoutée induite par l’organisation d’évènements culturels dans un lieu baigné par la nature. Les activités intérieures et extérieures sont combinées. La quiétude de la nature inspire les représentations et d’autres activités organisées à l’intérieur. De plus, les représentations théâtrales sont également données partiellement à l’extérieur.

Quel est l’impact du projet sur la société ?

Le centre d’arts Herman van Veen est inspirant, et ce, de différentes manières. C’est un lieu magnifique accueillant des évènements passionnants. Il se focalise spécifiquement sur les enfants. Par exemple, des chasses au trésor sont organisées dans les bois du domaine. Il abrite également la petite maison d’Alfred J. Kwak : le petit canard dont la renommée mondiale est partiellement due à une série télévisée de 52 feuilletons.

Cette attention accordée aux enfants est délibérée. Herman van Veen est passé maître dans les droits des enfants et dirige la Fondation Lot, qui défend les droits des enfants dans le monde entier.

Comment la Banque Triodos partage-t-elle votre vision dans le cadre de ce projet ?

La Banque Triodos contribue à une société de qualité de vie. Le Centre d’arts Herman van Veen fait de même de nombreuses manières ; via les activités culturelles qu’il programme, mais également via la contribution du centre à la conservation et au développement des richesses naturelles.

Le Centre insuffle également une nouvelle jeunesse à l’ancien manoir du domaine. Le Centre, la Banque et le Nationaal Restauratiefonds veillent ensemble à la préservation de ce monument national possédant une valeur culturelle et historique importante.

Le Curzon Clevedon Community Centre for the Arts
 

Quel défi a été la source d’inspiration de votre projet ?

Une partie importante du bâtiment abritant le cinéma était utilisée pour un entreposage, des bureaux et plusieurs ateliers d’éclairage, mais générait un revenu (presque) nul pour l’organisme caritatif. Nous devions trouver une utilisation alternative pour cet espace difficile, qui assurerait non seulement l’avenir à long terme de Curzon, mais qui permettrait également de faire revivre le centre-ville plutôt déserté de Clevedon en proposant une expérience communautaire plus enivrante que le seul écran de cinéma.

Quelle innovation vous a permis de résoudre ce problème ?

L’occasion s’est présentée de proposer une offre importante de restauration au sein du Curzon via un réaménagement important, et ce, avec un fournisseur dont la notoriété n’était plus à faire. Cela a généré une situation stratégique permettant un marketing commun de loisirs et de sorties nocturnes d’une toute nouvelle manière, en proposant une sortie offrant la possibilité d’associer la projection de grands films et l’organisation d’évènements artistiques avec une restauration de qualité dans un endroit unique (« Teatro Lounge »). La ville peut désormais promouvoir un lieu proposant à sa communauté non seulement un cinéma et un bar, mais également des espaces communs permettant aux personnes de tous âges de se rencontrer, de discuter, de tenir des ateliers, d’organiser des expositions, des évènements musicaux et des discussions.

Quel a été l’impact de la Banque Triodos sur votre entreprise ?

Grâce à l’appui de la Banque Triodos, nous envisageons l’avenir avec confiance. Depuis l’ouverture du Teatro Lounge, nous avons retrouvé la liberté d’innover et de développer des idées programmatiques et nous ne sommes plus contraints d’augmenter les prix des billets, ce qui est très apprécié par la communauté.

Quel impact votre entreprise a-t-elle eu sur votre secteur d’activités ?

À notre époque, nous avons la chance de pouvoir survivre avec un seul cinéma indépendant. De nombreux autres vieux cinémas ont été rachetés par des sociétés plus grandes et ne jouissent pas de la liberté de programmer les films ou les évènements communautaires qu’ils souhaitent. Le Curzon demeure un exemple rare de cinéma proposant toujours la seule possibilité de loisirs à la population de la ville, comme tel était le cas dans les années 1920.

Quel a été l’impact local de votre entreprise sur la collectivité ?

Le Curzon est aimé et la population de Clevedon est fière de son héritage unique. Elle est ravie de constater que le cinéma se porte bien. Les habitants nous interpellent en rue afin de nous féliciter pour l’amélioration du cinéma et les critiques sont excellentes.

Outre la programmation cinématographique habituelle, nous proposons des services d’animation dans les maisons de retraite ; nous collaborons avec le lycée local afin d’organiser une compétition cinématographique annuelle réservée aux jeunes de moins de 18 ans du North Somerset ; nous proposons des visites guidées du cinéma ; nous organisons des projections de films muets, la Christie Organ Experience, des ateliers d’encodage informatique et d’animation et d’artisanat pour les enfants.

Comment la Banque Triodos partage-t-elle votre vision ?

Nous estimons que la Banque Triodos comprend réellement la valeur de la culture pour une communauté. Bien que cette valeur soit immatérielle, elle nous est démontrée chaque fois qu’un client remercie notre personnel et les bénévoles pour l’agréable soirée qu’il a passée.

2015

Krowji
 

Méthodologie

Nous entendons par institutions culturelles les musées, théâtres, cinémas, salles de concerts, bibliothèques et galeries d’art, à l’exclusion des librairies et autres magasins.

Nous entendons par artistes les personnes qui créent des œuvres artistiques, telles que des auteurs, des réalisateurs, etc.

Nous entendons par institutions créatives des sociétés de production cinématographique et télévisuelle, des compagnies théâtrales, des orchestres, etc., à l’exclusion des sociétés de distribution d’œuvres artistiques.

Les personnes touchées par le biais de lieux artistiques abordables sont soit celles qui louent ces espaces pour leur usage propre, soit celles qui participent sur place à un atelier ou à toute autre activité culturelle. Les nouvelles productions cinématographiques et du secteur des médias ne sont prises en compte que l’année de leur sortie, et seul un épisode représentatif d’une série télé est pris en compte.

Les chiffres concernant le nombre de personnes assistant à un événement culturel ou le nombre de locataires/participants en ce qui concerne les lieux artistiques abordables sont fournis par les institutions financées par la Banque Triodos et ses fonds d’investissement. Le nombre de spectateurs des productions cinématographiques en Espagne est délivé par le Ministre espagnol de la Culture.

Nos calculs de mesure de l’impact ne prennent en compte que les projets ayant un lien direct avec nos activités de financement et d’investissement. Nous comptabilisons 100% de l’impact lorsque nous cofinançons un projet. Lorsqu’il est impossible de rapporter 100% des données requises, nous recourons à des estimations conservatrices.

Les calculs d’impact par client utilisés dans le rapport annuel reposent sur un total de 652.000 clients à la fin 2016.