Indépendance et auto-évaluation

Indépendance

Le Conseil des commissaires est composé de manière telle que ses membres ont la possibilité d’agir de manière critique et indépendante les uns vis-à-vis des autres, mais aussi vis-à-vis du Comité exécutif et de tout intérêt particulier. Le Conseil des commissaires répond au critère d’indépendance du Code néerlandais de Gouvernance d’Entreprise. Aart de Geus ne répond toutefois pas formellement à l’un des critères d’indépendance du Code de Gouvernance d’Entreprise (article III.2.2), car un membre de sa famille travaille au sein de la banque, sans toutefois occuper une fonction de management.

Conflits d’intérêts

Conformément aux exigences du Code néerlandais de Gouvernance d’Entreprise, le Conseil des commissaires dispose de règles internes permettant de résoudre tout conflit d’intérêts – réel ou potentiel – impliquant certains de ses membres. Aucun conflit d’intérêts ne s’est présenté en 2016.

Formation

Dans le cadre de son programme de formation permanente, le Conseil des commissaires organise des rencontres annuelles avec des experts internes et externes pour se tenir informé des dernières évolutions au sein de la société et des secteurs ayant un impact sur les activités de la Banque Triodos. De plus amples informations à ce sujet sont disponibles dans le rapport du Comité de nomination et de rémunération.

Auto-évaluation

Les résultats de l’auto-évaluation réalisée par le Conseil des commissaires pour 2015 ont été discutés en son sein et les recommandations formulées dans ce cadre ont été mises en œuvre. L’auto-évaluation annuelle du Conseil des commissaires dans son ensemble, de chacun de ses membres et de ses deux comités a été menée durant le dernier trimestre 2016. Les résultats de cette évaluation ont été débattus au sein du Conseil des commissaires en février 2017.

De leur côté, les membres du Comité exécutif ont fait connaître et partagé leurs priorités individuelles pour 2016 et 2017 avec le Conseil des commissaires dans son ensemble. Celles-ci seront évaluées par le Conseil au début 2017.