Notre réponse à un monde en changement

Des boucles de rétroaction bénéfiques

Nous vivons dans un monde connecté dont les liens peuvent être une force bénéfique ou maléfique. Les boucles de rétroaction des changements climatiques, par exemple, peuvent aggraver les changements climatiques en les entraînant dans un cycle vicieux négatif. L’un des plus connus porte sur la fonte des glaces. La glace et la neige ont une couleur pâle qui réfléchit vers l’espace une grande partie de la lumière du soleil qui les touche, ce qui limite le réchauffement induit. En raison du réchauffement mondial, les glaces fondent et laissent apparaître la terre ou l’eau sous-jacente, d’une couleur plus foncée. Il se produit, dès lors, une plus forte absorption de l’énergie solaire, ce qui accroît le réchauffement qui, à son tour, accélère la fonte des glaces – et ainsi de suite.

De la même manière, les risques associés à un système financier dédié à une croissance débridée et à la richesse ont engendré une crise profonde. C’est en partie pour cette raison que les gouvernements ont adopté des mesures d’austérité ayant de lourdes conséquences pour la société en général. Réduction des budgets alloués à la protection sociale, pertes d’emploi et réduction des prêts aux entreprises sont autant de conséquences qui ont transformé la relance économique en processus plus lent et plus douloureux.

Mais les boucles de rétroaction peuvent aussi engendrer un changement positif. Les dépositaires de la Banque Triodos, par exemple, sont mieux informés sur des problématiques telles que le changement climatique et les inégalités sociales parce qu’ils en apprennent davantage sur les projets que leurs économies contribuent à financer. Une situation qui peut, à son tour, influencer leurs choix en termes d’achat et d’épargne. L’exposition à de nouvelles activités et idées peut même influencer des décisions relatives à la santé, l’éducation et le bien-être.

Nos vies et les grands enjeux, toujours plus nombreux, auxquels nous sommes confrontés en tant que personnes et communautés sont connectés au sein d’écosystèmes, qu’ils se situent dans l’environnement naturel ou dans le monde des affaires. Nous pensons, dès lors, que les solutions à nos principaux défis doivent être coordonnées, mais aussi globales. En effet, nous devons créer davantage de boucles de rétroaction positives et accroître leur efficacité. Les objectifs stratégiques de la Banque Triodos, que nous décrivons de façon plus détaillée plus loin dans ce rapport, reflètent cette conviction.

La tragédie à l’horizon

Cette perspective n’est pas seulement la nôtre. Lors de discours prononcés en 2015, d’importants organismes de régulation ont établi le lien entre le système financier et un certain nombre d’autres problèmes majeurs survenus en 2015, citant l’incidence profonde à long terme des changements climatiques sur la pauvreté, la migration, la stabilité politique et la sécurité alimentaire et hydrique. Un gouverneur de banque centrale a décrit la planification à court terme liée à des cycles économiques et politiques courts et au mandat des banques centrales comme la source d’une ‘tragédie à l’horizon’.

Un autre banquier central a même déclaré que ‘nous sommes à la croisée des chemins’ et que ‘le développement durable est la clé permettant d’assurer le bien-être de la génération actuelle et des nombreuses autres à venir’. La nécessité de s’atteler à ces enjeux n’est plus urgente, elle est devenue critique. Nous faisons à présent face aux défis prédis par des organisations telles que le Club de Rome en 1972, qui mettait en évidence les problèmes liés à la croissance exponentielle de l’économie et de la population dans un monde aux ressources limitées.

Au cours de l’année, nous avons été les témoins d’un mouvement massif vers l’Europe de personnes fuyant notamment la guerre en Syrie. Des recherches réalisées par le Met Office, le service météorologique national du Royaume-Uni, ont montré que les températures avaient déjà grimpé d’un degré, soit à mi-parcours d’un seuil dangereux, et la conférence sur le climat, la COP21 qui s’est déroulée à Paris à la fin de l’année, a été considérée par certains comme l’occasion de réussir ou d’échouer à empêcher des changements climatiques catastrophiques. Au même moment, des attaques terroristes frappaient l’Europe, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Ces événements se sont inscrits dans la foulée d’une crise financière qui retient encore l’attention des instances de réglementation, du monde politique et des citoyens.

Combinées, ces crises peuvent sembler insurmontables, mais on y a répondu de manière très positive et globale, qu’il s’agisse de l’extraordinaire dignité des personnes directement touchées par les attaques terroristes, du changement dans la manière de penser des banques centrales, des développements technologiques et pratiques majeurs dans le secteur de l’énergie renouvelable, ou encore de l’accueil des communautés de réfugiés à travers l’Europe. De plus en plus de personnes reconnaissent que nous sommes systématiquement connectés et que résoudre un problème ne suffit pas pour améliorer la qualité de vie globale des personnes.

Les réponses de la Banque Triodos à un avenir incertain

La Banque Triodos fait partie de ce monde en évolution et a mis au point, en 2014, une perspective à 10 ans afin de mieux s’équiper pour accomplir sa mission durable. Nous avons appris des autres, élaboré des scénarios, et les avons partagés dans notre rapport annuel 2014. Cela a débouché, à son tour, sur l’élaboration de quatre nouvelles directions stratégiques clés, décrites ci-dessous, qui seront au cœur de notre plan d’entreprise des trois prochaines années.

Ces futurs hypothétiques permettent à la Banque Triodos d’envisager le futur réel dans une perspective plus large. Ils nous permettent d’évaluer l’évolution des événements et de l’appréhender, à l’instar de ceux précités, de manière contextuelle et dans une perspective systémique. Cela peut contribuer à éviter des réponses à court terme à de nouvelles évolutions en apparence alarmantes. Ils sont aussi une source d’inspiration pour élaborer des plans concrets, tels que ‘L’élargissement de notre champ d’activité’, et pour contribuer à relever le défi des interrogations convergentes de la société - un objectif clé de la période à venir.

Nous reconnaissons, par exemple, que le grand accord mondial sur la limitation des émissions de carbone, dont a accouché la Conférence sur le climat COP 21 à Paris en 2015, pourrait inciter les investisseurs à éviter les ressources qui pourraient devenir des actifs échoués dans les industries des combustibles fossiles et à s’orienter plutôt vers les actifs d’impact, ce qui devrait, à son tour, encourager les investisseurs à appréhender leurs finances dans un contexte plus large, en tenant compte de l’impact de leurs finances, mais aussi de leurs probables rendements et risques. La perspective à 10 ans nous aide à envisager l’accord à travers un prisme plus large. Il s’agit, pour nous, d’un tremplin important et positif, à condition qu’il puisse être transposé en un important changement d’attitude en faveur du financement d’impact, présentant un intérêt significatif pour la société et générant un rendement financier.

Nous avons conscience du fait que le financement d’impact implique une transformation et le définissons comme la canalisation de l’argent afin qu’il bénéficie aux personnes et à l’environnement sur le long terme. L’impact prime et doit aussi aller de pair avec des rendements financiers et non financiers équitables. Il est primordial de comprendre l’approche qu’a la Banque Triodos de l’avenir, ainsi que la manière dont elle a accompli sa mission dans le passé. C’est ce qui différencie Triodos de pratiquement toutes les autres banques.

La perspective à 10 ans de la Banque Triodos, en ce compris l’association avec des parties prenantes d’un certain nombre de sociétés manifestant de l’intérêt pour la durabilité, a immédiatement débouché sur la définition de quatre domaines stratégiques clés qui, nous le pensons, nous aideront à poursuivre l’accroissement de l’impact durable de la Banque Triodos à l’avenir. Ces quatre éléments figurent en haut du tableau des objectifs stratégiques qui suit ce chapitre du rapport. Point important, tous ces domaines sont reconnus et appréciés par nos parties prenantes, comme le montre notre analyse de matérialité ci-dessous.

  • Élargir notre champ d’activité : nous avons l’intention d’élargir notre champ d’activité, à la fois en étendant nos propres produits et services dans le but de devenir la première banque de nos clients dans tous les pays dans lesquels nous sommes actifs, mais aussi en développant nos activités au-delà des opérations bancaires standard. Nous avons déjà débuté ce travail. En 2015, par exemple, nous avons lancé un projet en Espagne qui associe les décisions en matière de dépenses des clients à des dons d’argent. La succursale espagnole a créé à cette fin un service de consommation responsable. Les entreprises durables clientes auprès de la Banque Triodos sont localisées sur une carte afin de permettre aux clients particuliers de les trouver et d’y faire leurs courses. Les achats réalisés dans certaines de ces entreprises génèrent automatiquement un don de l’entreprise (au lieu des classiques droits d’entrée) à la Fondation Triodos.
  • Nouvelles associations et partenariats innovants : nous innoverons davantage. Nous avons mis sur pied en cours d’année le LEAF Lab, une initiative collaborative au sein des unités opérationnelles néerlandaises de la Banque Triodos qui est focalisée sur le développement de nouvelles innovations répondant aux besoins de nos parties prenantes. Nous avons également lancé le Triodos Multi Impact Fund aux Pays-Bas. Ce ‘fonds de fonds’ donne la possibilité aux investisseurs particuliers néerlandais de faire travailler leur argent dans plusieurs secteurs qui revêtent tous une importance clé dans la transition vers un monde plus équitable et durable. Le fonds rassemble un certain nombre de fonds distincts provenant de divers domaines durables. Il crée ainsi davantage de liquidité, ce qui facilite l’achat et la vente d’actions et rend accessible l’investissement d’impact à un plus grand groupe d’investisseurs ‘ordinaires’.
  • Nos parties prenantes nous indiquent à nouveau l’extrême importance qu’elles attachent aux investissements durables : il s’agit du point le plus important pour elles dans l’analyse de matérialité et de la deuxième priorité de la banque. Les fonds, à l’instar du Triodos Multi Impact Fund, contribuent à répondre à cette demande. En Espagne, Fundación Triodos a lancé la première plateforme de crowdfunding pour créer des jardins biologiques dans les écoles espagnoles. La plateforme est intégrée dans un site web collaboratif, Huertoseducativos.org, où les écoles peuvent partager des expériences relatives aux bienfaits éducatifs d’un jardin biologique. Des projets réalisés dans deux écoles ont été financés avant la fin de l’année et l’initiative a été récompensée comme l’une des 50 meilleures idées numériques du marché par un journal économique national.
  • Devenir davantage une organisation apprenante : durant l’année, nous avons précisé ce qui constitue ‘l’essence de Triodos’. Ce texte a servi de base aux discussions sur l’essence de la banque avec les collaborateurs de toutes nos succursales afin de bâtir une relation plus étroite avec les valeurs et la triple approche de la Banque Triodos. Il s’agit de toujours poser trois questions lorsque l’on nous approche pour financer un projet ou une activité : Une idée florissante et bien enracinée, capable de motiver les personnes, se cache-t-elle derrière l’activité ? Existe-t-il une communauté de développement ou un esprit d’entreprise partageant une culture forte ? L’activité est-elle rentable et répond-elle à un besoin réel ? En 2016, nous lancerons également ‘ Engage ‘, un outil en ligne de collaboration et d’apprentissage pour tous les collaborateurs de la Banque Triodos, qui contribuera, de manière tangible, à apprendre, partager et conserver des connaissances. Apprendre de nos parties prenantes est un élément crucial pour la poursuite du développement de la Banque Triodos. Cela englobe la participation aux réseaux sociaux afin d’identifier les besoins financiers du futur, ainsi que les projets et les personnes qui changeront l’économie et la rendront plus durable et sociale.
  • Approfondir notre approche relationnelle : nous travaillerons en particulier avec les clients, par l’optimisation des communautés et réseaux dans nos secteurs, mais aussi par le partage de connaissances et l’échange de points de vue. Et nous exploiterons la technologie en rapide évolution pour appuyer - plutôt qu’étioler - les relations. En 2015, nous avons accueilli des centaines de réunions qui ont fait se rencontrer collaborateurs, épargnants et investisseurs avec des emprunteurs de l’Europe entière. Nous avons également renforcé nos partenariats existants avec les banques, tels que ceux avec la Global Alliance for Banking on Values (GABV), en échangeant des connaissances et de l’expertise dans un certain nombre de domaines allant du reporting d’impact à la réunion d’administrateurs afin de débattre d’enjeux communs. Nous avons aussi créé et participé à de nouvelles alliances, à l’instar de la B Corporation, un organisme de certification pour les entreprises qui veulent être profitables pour la société et les investisseurs. Nous avons, par exemple, accueilli un événement spécial à la Banque Triodos afin de lancer B Corporation en Europe.