Exemple concret

Fortech – Wase Wind
 

Énergies renouvelables – Exemple concret (photo)

Chris Derde, manager Fortech

Quelle est la source d’inspiration de votre projet ?

À la fin du siècle dernier, le secteur éolien a réalisé une percée au Danemark et en Allemagne. Les développements technologiques ont fait de l’énergie éolienne une option intéressante pour l’approvisionnement en électricité.

Nous voulions produire de l’énergie éolienne dans notre propre région, le Pays de Waas. Quatre amis d’enfance et moi-même avons alors créé la coopérative Wase Wind. Elle avait pour objet de réunir le financement nécessaire pour l’achat des éoliennes, mais aussi d’attirer dans le projet autant de personnes que possible. Ce faisant, nous sommes responsables de leur investissement.

Nous veillons, dès lors, à ce que notre entreprise soit financièrement saine, sans pour autant viser un bénéfice outrancier. Nos principales tâches consistent à bien gérer l’argent investi et à continuer à faire œuvre de pionnier, notre objectif ultime étant de produire 100% d’énergie renouvelable.

Quelle innovation a permis de résoudre le problème auquel vous vous êtes attaqué ?

En 2000, un petit groupe de personnes a décidé de créer une entreprise dans le domaine des énergies renouvelables. Le secteur énergétique avait fait l’objet, au cours des années précédentes, de fusions et d’acquisitions, et il était contrôlé par de grandes entreprises. Tant la forme juridique de notre entreprise que la technologie étaient nouvelles. La structure de l’entreprise est duale, avec d’un côté Fortech et de l’autre Wase Wind : cela permet de limiter les risques pour les coopérateurs et de pouvoir livrer une énergie éolienne à prix avantageux.

Nous avons également opté pour les éoliennes les plus performantes du marché. Reposant sur une technologie de pointe, elles étaient, lors de leur mise en service, les plus grandes et les plus puissantes du Benelux.

Depuis, Wase Wind a grandi jusqu’à totaliser 2.000 coopérateurs, qui investissent ensemble dans l’énergie éolienne locale. L’électricité produite est utilisée par les coopérateurs, à domicile et au sein d’entreprises locales. Elle alimente également des bâtiments publics, comme les centres sportifs et les maisons communales.

Chaque client participe à l’investissement et perçoit en retour une partie des bénéfices. L’énergie éolienne a ses détracteurs, qui se plaignent du fait que les turbines leur gâchent la vue, ont une grande ombre portée ou causent des nuisances sonores. Nos voisins sont pourtant nos plus grands fans, car nous restons en contact étroit avec eux et discutons de toute nuisance éventuelle. Nous organisons des fêtes où chacun est convié et nous accueillons aussi, chaque année, quelque 750 élèves des écoles de la région.

Quel impact la Banque Triodos a-t-elle eu sur votre entreprise ?

Lorsque nous avons obtenu les autorisations nécessaires pour notre premier projet éolien en 2004 et avons débuté sa réalisation, les grandes banques traditionnelles ont refusé de le financer. Elles ne connaissaient absolument rien de ce secteur naissant.

La Banque Triodos, elle, possédait ces connaissances et elle a financé notre projet à des conditions correctes. Elle a, en outre, apporté son expertise concernant, entre autres, les garanties des constructeurs, qui allaient s’avérer essentielles dans une phase ultérieure. La Banque Triodos a donc joué un rôle crucial lors du démarrage de notre projet et elle est restée notre partenaire pour les projets suivants, même lorsque d’autres banques se sont soudain déclarées prêtes à les financer.

Quel impact votre entreprise a-t-elle eu sur le secteur dans lequel elle est active ?

En tant que pionniers dans le secteur éolien belge, nous avons assumé des responsabilités dans l’organisation sectorielle flamande ODE (Organisatie Duurzame Energie) et, partant, nous avons lancé la Vlaamse WindEnergie Associatie (VWEA).

Très vite, nous avons fédéré toutes les entreprises actives dans l’énergie éolienne en Flandre et noué des collaborations avec nos collègues wallons. La VWEA est devenue le porte-parole du secteur éolien et, grâce à des délibérations internes efficaces au sein de groupes de travail, elle a été reconnue par les autorités. Une patiente concertation au sein du secteur et avec les autorités a permis d’affiner progressivement la législation concernant l’énergie éolienne, de façon à ce qu’elle puisse offrir aux entreprises comme aux riverains les garanties nécessaires.

Quel impact votre projet a-t-il eu sur la collectivité ?

Depuis 2005, les trois éoliennes de Fortech, implantées le long de l’autoroute E17 à Kruibeke, produisent suffisamment d’électricité verte pour couvrir la moitié de la consommation domestique des 15.000 habitants de Kruibeke et des alentours.

Fortech est également à l’origine du projet éolien Braemland II, de l’autre côté de l’E17, à hauteur de Melsele. Ce parc est en activité depuis 2009 et alimente en électricité verte 2.300 ménages. L'électricité est proposée par la scrl Wase Wind aux familles et aux entreprises (agricoles) du Pays de Waas.

En quoi la Banque Triodos partage-t-elle la vision qui sous-tend votre projet ?

La Banque Triodos partage avec Fortech - Wase Wind une vision claire, à long terme, en matière d’énergie durable. Outre l’augmentation de la capacité des sources d’énergie renouvelables, il est important d’investir simultanément dans un système énergétique plus robuste, socialement intégré et équilibré. De nouvelles technologies permettent, par exemple, de relier différents acteurs locaux et contribuent ainsi à la création de circuits courts, efficaces et décentralisés.

L’impact est encore amplifié par un ancrage local dans les villes, entreprises et communautés qui peuvent utiliser l’énergie ainsi produite. Des modèles durables comme celui de Fortech - Wase Wind ne se limitent donc pas à la dimension environnementale, mais misent également sur l’implication sociétale.