Arts et culture

Mesures de l’impact

En 2013, la Banque Triodos a contribué à ce que 16,3 millions de visiteurs (5,7 millions en 2012) profitent d’événements culturels, notamment dans des cinémas, théâtres et musées partout en Europe, grâce à son activité de prêts et d’investissements. L’augmentation a été particulièrement marquée en raison des crédits accordés à des réalisateurs de films en Espagne. En d’autres termes, ces chiffres signifient qu’il y a eu l’équivalent de 31,5 expériences culturelles pour chaque client de la Banque Triodos.

Méthodologie

Les chiffres que nous utilisons pour les arts et la culture sont basés sur le nombre de personnes qui ont assisté à un événement ou à un spectacle ou regardé des films en 2013. Ils sont fournis par des institutions financées par la Banque Triodos dans chacune de ses entités. Lorsque ce chiffre n’était pas disponible, nous avons calculé le nombre moyen de personnes ayant assisté à un événement ou spectacle représentatif d’un projet particulier au cours de l’année, multiplié par le nombre d’événements organisés.

Nous avons mesuré au moins 80% du portefeuille ‘Arts et Culture’ dans chaque pays, et avons extrapolé la proportion restante en nous basant sur ce chiffre. Lorsque nous étions incapables de mesurer 80% du portefeuille de crédits d’un pays, nous avons uniquement inclus un chiffre pour la part de crédits que nous pouvions mesurer. En raison de la complexité pour décrire précisément le nombre de personnes concernées par ces crédits, nous n’avons pas inclus dans ce chiffre les artistes individuels, musiciens ou équivalents financés par la Banque Triodos.

Nous reconnaissons qu’un projet individuel peut ne pas avoir été intégralement financé par la Banque Triodos, et celle-ci n’est donc pas totalement responsable de la capacité du projet à organiser des événements ou spectacles. Mais nous croyons que, généralement, le financement par la Banque Triodos d’un projet artistique et culturel joue un rôle central pour le financement global du projet. Nous pouvons donc légitimement utiliser cette mesure dans le présent contexte.

Le calcul de l’impact par client tel que nous l’appliquons dans ce rapport annuel a comme base les dépôts moyens par client à travers les cinq succursales de la Banque Triodos. Le ratio épargne moyenne par client / total des dépôts est par la suite appliqué à l’impact total de la Banque Triodos dans un secteur spécifique. À la fin 2013, la Banque avait 517.000 clients.

Notre vision et nos activités

Crédits alloués à l’art et à la culture

Pourcentage de nos crédits alloués aux secteurs des arts et de la culture

Crédits alloués, ventilés par sous-secteur

Pourcentages calculés sur la base des données disponibles au moment de la publication du présent rapport.

Notre vision concernant les arts et la culture

Les arts et la culture jouent un rôle important dans le développement personnel des individus et dans la cohésion de la société dans son ensemble. L’expression créative offre de nouvelles perspectives, inspire et relie les gens.

Les arts comme catalyseur du développement personnel et collectif

Les arts et la culture doivent contribuer au développement personnel et à une société civile dynamique. Ils peuvent inspirer et motiver le changement.

Le secteur culturel est dynamique et diversifié. L’entrepreneuriat culturel est en plein essor. Beaucoup d’institutions poursuivent un objectif partiellement ou totalement commercial et ciblent un public large et diversifié. La Banque Triodos s’inscrit dans la dynamique du secteur en préservant ce focus entrepreneurial et n’hésite pas à financer des entrepreneurs culturels innovants pour contribuer à accroître son impact.

Nos priorités

Grâce à son engagement de longue date en faveur des arts et de la culture, la Banque Triodos occupe une position de leader dans le secteur. Elle développe des instruments financiers innovants tels que des fonds de garantie. Pour ce faire, nous collaborons avec les gouvernements, les associations sectorielles et les consultants.

Une palette étendue

Nous nous concentrons sur des initiatives culturelles qui, quelle que soit leur taille, combinent différentes activités comme – pour utiliser un exemple réel – une scène, un musée et un restaurant.

Outre l’activité de crédit, nous disposons d’un fonds (Triodos Cultuurfonds) pour les clients néerlandais. Lancé en 2006, ce fonds a été un pionnier dans le financement des arts et de la culture, contribuant à rendre le secteur moins dépendant des subsides, dons et opérations caritatives par un soutien à l’entrepreneuriat culturel.

La Banque Triodos se concentrera à l’avenir sur le renforcement des réseaux locaux et de l’entrepreneuriat culturel local.

Les avantages des arts pour la société

Source : Rand Corporation

Nos activités

La « connexion » est au cœur de notre vision du secteur culturel. La Banque Triodos finance des artistes et institutions culturelles qui jettent des ponts et créent du lien avec la société.

Cela implique généralement la combinaison d’une haute qualité artistique et d’une large accessibilité. La connexion avec la communauté se fait de nombreuses façons : en atteignant de larges publics et en traitant avec d’autres parties telles que des sponsors, entreprises, institutions sociales et banques. De plus, la connexion se fait aussi avec des acteurs amateurs qui sont actifs dans la communauté locale et contribuent à la cohésion sociale.

Exemple concret

Futbolín – Financement du cinéma

Cette expérience a été très positive, positionnant la Banque Triodos comme partenaire financier clé pour ce type de projets, avec un portefeuille de crédits de 20 millions d’euros.

Ces dernières années, l’industrie créative s’est distinguée comme un sous-secteur très dynamique et intéressant en termes d’investissement au sein de l’industrie culturelle, autant dans une perspective qualitative que commerciale. En Europe, l’industrie culturelle employait 8,5 millions de personnes en 2008 et représentait 4,5% du PIB, selon une étude de TERA Consultants en 2010. En Espagne, l’industrie culturelle représente environ 4% du PIB et emploie plus de 625.000 personnes.

Plus spécifiquement, la production cinématographique est l’une des industries culturelles les plus dynamiques. La Banque Triodos en Espagne est devenue un partenaire financier clé pour des projets cinématographiques de toutes tailles, rassemblant connaissances et expérience sur la façon dont le marché du cinéma fonctionne.

Défis du marché et innovation

En raison de la crise économique en Espagne, les subsides publics au secteur culturel ont été sensiblement réduits en 2012 et 2013, respectivement de 21,2% et 30%. L’industrie du cinéma a été l’une des plus affectées, avec des coupes budgétaires de 35% en 2013. La diminution va se poursuivre cette année, avec une nouvelle réduction d’environ 14%. Il faut y ajouter le passage de la TVA culturelle à 21%, également en 2013, pour avoir une image complète de l’impact négatif, chiffré, sur le secteur culturel. Le troisième grand problème auquel le secteur est confronté est la violation de la propriété intellectuelle.

Du fait de ce besoin et grâce à la solide expertise que nous avons acquise dans ce secteur, nous continuerons à soutenir le développement du cinéma en Espagne, en collaboration avec notre partenaire Audiovisual SGR, une société de cautionnement mutuel, et ce, sur fond de déclin des financements publics.

Notre expérience et les leçons apprises

Ignacio Benedeti est le fondateur d’IB Cinema, une petite société indépendante de production de films basée en Galice. La Banque Triodos a construit une relation étroite avec Ignacio depuis qu’elle lui a octroyé un prêt en 2002 afin de produire le documentaire « Mercado de Futuros ».

Esteban Barroso, Managing Director de la Banque Triodos en Espagne, s’est rendu en Galice pour se familiariser avec l’industrie du cinéma au contact d’Ignacio et connaître les impératifs pour une banque dans le but de commencer à financer davantage de projets dans ce secteur. Ignacio Benedeti était heureux de partager son expérience et de décrire les défis, la situation actuelle et les spécificités du monde du cinéma en Espagne. Audiovisual SGR, une société de cautionnement mutuel qui se concentre sur les films à petits et moyens budgets et les entreprises actives dans les arts de la scène, est ressortie de la conversation comme une entreprise intéressante.

Nous avons contacté Audiovisual SGR et signé un accord avec eux en janvier 2012 pour faciliter l’octroi de prêts garantis à des activités culturelles (SGR peut garantir jusqu’à 1,2 million d’euros). Il s’agit d’un accord dont bénéficient toutes les parties : la Banque Triodos, car nous pouvons être actifs dans un secteur très intéressant avec un risque faible, Audiovisual SGR, car ils peuvent offrir des solutions de crédit à des entreprises qui ont besoin d’une aide financière, et enfin les entreprises cinématographiques et des arts de la scène, qui trouvent un soutien financier auprès d’une banque basée sur des valeurs et qui partage un certain nombre de convictions avec elles.

Un mois plus tard, nous avons renforcé l’équipe du pôle culturel au sein de notre département Business Banking, y incluant une personne très expérimentée et disposant de contacts élargis dans le secteur audiovisuel.

L’expérience de ces deux années a été très positive et a permis à la Banque Triodos de se positionner comme un partenaire financier clé pour ce type de projets, avec un portefeuille de crédits de 20 millions d’euros. Au cours du dernier trimestre 2013, la Banque Triodos a signé un accord avec une autre institution publique en Catalogne, à savoir l’ICEC (Institut catalan pour les entreprises culturelles), afin d’offrir des prêts garantis à des projets cinématographiques de la région.

La Banque Triodos a accumulé de l’expérience dans le secteur et peut, à présent, octroyer des crédits pour des projets plus complexes, en collaboration avec SGR.

Nous continuons à développer de nouvelles solutions financières pour le secteur afin de rencontrer les besoins spécifiques de clients existants et nouveaux. Nous écoutons leurs besoins et essayons de trouver des solutions pour satisfaire les deux parties. Toutefois, en tant que banque, nous ne prenons pas de risques liés au box-office.

Notre défi est de renforcer notre position comme banque du secteur, en devenant plus visible et en offrant un meilleur service d’un point de vue qualitatif, quantitatif et de gestion des risques. Nous devons étendre notre offre non seulement vers les producteurs de films, mais également vers d’autres entreprises du secteur telles que les cinémas eux-mêmes, les distributeurs, etc. Nous avons également rencontré certains dilemmes liés à l’aspect qualitatif des propositions, ce qui nous a amenés à ne pas investir dans certains projets. Au fur et à mesure que nous accumulons de l’expérience dans le secteur, nous affinerons notre vision.

À propos de Futbolín

« Futbolín » (‘Babyfoot’) est un film d’animation hispano-argentin en 3D. Au moment d’aller sous presse, ce film avait levé 2,8 millions d’euros et atteint un public d’environ 480.000 personnes en Espagne (sources : Plural + le producteur Jempsa SL). La production a remporté un Goya, le prix le plus important de l’industrie cinématographique en Espagne, dans la catégorie ‘animation’.

Le film, réalisé par un metteur en scène bien connu et déjà récompensé par un Oscar, l’Argentin José Campanella, a d’abord été diffusé en Argentine, où il a battu les records du box-office en attirant plus de 7,5 millions de personnes.

La proposition de financer le projet est venue d’Audiovisual SGR. La Banque Triodos a financé environ 10% du budget du film, qui s’élève à 11 millions d’euros.

La transaction a été complexe et a nécessité beaucoup de temps et d’efforts, car c’était le deuxième plus gros film que nous ayons jamais financé. Nous pensons que c’est un investissement dans l’avenir et utilisons cette expérience au service d’autres clients dans ce secteur en croissance.

Culture

Plus dans ce chapitre