Risques et conformité

Gestion des risques

La gestion des risques est une composante fondamentale de l’activité bancaire. Alors que certaines banques inscrivent la gestion des risques dans leur stratégie de maximalisation des profits à court terme, la Banque Triodos estime, au contraire, qu’elle fait partie d’une stratégie de résistance à long terme.

La gestion des risques est intégrée dans l’ensemble de l’organisation. Alors que les directeurs opérationnels ont pour responsabilité directe de développer une approche résiliente, ils sont épaulés par des gestionnaires de risques qui ont la connaissance des affaires au niveau local, en ce qui concerne l’évaluation et la gestion des risques. Au niveau du groupe, une procédure de contrôle des risques a été mise en œuvre afin d’aligner le profil de risque de la Banque Triodos sur son ‘appétit pour le risque’ - autrement dit, sa disposition à prendre des risques en vue de la réalisation de ses objectifs.

Durant cette procédure, chaque département réalise une évaluation des risques stratégiques afin d’identifier et de gérer les risques potentiels qui pourraient entraver la réalisation de ses objectifs. Les résultats de ces évaluations sont consolidés et utilisés par le Comité exécutif pour l’évaluation de ses propres risques, ainsi que pour déterminer l’appétit pour le risque de la Banque Triodos.

Le résultat de ces évaluations a également été utilisé pour définir les scénarios de résistance (‘stress tests’) utilisés à deux reprises en 2011 afin de mesure la résistance de la Banque Triodos au niveau de ses résultats, de sa liquidité et de ses fonds propres.

Bien qu’elle n’y soit pas contrainte, la Banque Triodos a réalisé le test de résistance que l’Autorité bancaire européenne a imposé à une série de banques européennes afin de tester leur capacité de résistance à un choc économique majeur, et qui se fonde sur des scénarios et une méthodologie connus. Les résultats de ce test confirment la position financière solide de la Banque, avec un ratio de capital total de 13,6% et un ratio de capital de première catégorie (Core Tier 1) de 12,7% au terme d’un scénario de stress sur deux ans. Ceci correspond à plus de 2,5 fois le ratio Core Tier 1 minimal de 5,0% exigé dans le cadre du ‘stress test’. Vous pourrez lire plus loin dans ce rapport davantage de précisions concernant nos exigences en matière de capital.

La Banque Triodos a décidé d’élaborer un rapport entièrement intégré concernant la gestion des risques afin d’avoir une vision claire de son profil de risque sur des thèmes spécifiques, ainsi qu’une image globale du risque au niveau opérationnel. Ce rapport est réalisé trimestriellement et présenté au Comité d’audit et des risques du Conseil des commissaires.

Le système de gestion actif-passif (ALM) a été revu et amélioré afin de fournir au Comité de gestion de l’actif et du passif (ALCO), qui se réunit mensuellement, une vue plus claire et des outils de contrôle du risque de taux d’intérêt, du risque de liquidité, du risque de change et de la gestion du capital.

Le renforcement de la fonction risque de crédit au cours de l’année 2011 a été un succès, tant au niveau du siège social que des succursales. Il en a résulté une gestion plus proactive des créances douteuses et un meilleur processus de contrôle du portefeuille de crédits, ce qui permet à l’organisation de détecter plus rapidement des problèmes potentiels avec certains emprunteurs et de prévenir les risques qui y sont liés.

La section Gestion des risques des comptes annuels de la Banque Triodos fournit une description des principaux risques liés à la stratégie de l’entreprise. Elle comprend également une description de la conception et de l’efficacité des systèmes internes de gestion et de contrôle des risques en ce qui concerne les principaux risques encourus durant l’exercice sous revue. Aucune défaillance majeure dans la gestion interne du risque et dans les systèmes de contrôle n’a été mise au jour au cours de l’exercice écoulé. Les développements des risques majeurs au sein de la Banque Triodos font l’objet de discussions régulières au Comité d’audit et des risques du Conseil des commissaires.